top of page

PHOTOGRAPHIE

Ana Carvalho

"Dans mon cas, le temps a eu un rôle très important. Jour après jour, toujours la même routine, avec cette impression de me retrouver sans projet et sans issue. Comme si je tournais en rond dans un espace qui devenait de plus en plus restreint. C’est pour cette raison que j’ai choisi le réveil comme principal symbole, non seulement du temps qui passe mais aussi du temps qui avance tellement lentement qu’il paraît se figer. Les autres symboles ce sont des portes fermées, leur répétition, la lumière qui traverse les persiennes."

(Lisez le texte complet ici)

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Inside Out

Inside Out

©Ana Carvalho

Teresa dos Santos

"Mapas

Caminho sempre em frente; é essa a única direcção que conheço, que quero conhecer.

É por isso que não preciso de mapas.

Tempo

É estúpido que existam calendários. Que se aprisionem assim as vidas. Que se condicionem os sentimentos e as emoções a números, a escalas, a formalismos, a padrões, a conceitos.

Sexta-feira vamos estar juntos. Sexta-feira vamos abraçar-nos. Sexta-feira seremos felizes. Sexta-feira, só sexta-feira. Consegues esperar até sexta-feira?

Apenas o tempo é livre; nós, não.

Vazio

Vazio é o que se chama ao espaço que existe entre nós. Aquele que podemos percorrer juntos."

Dicionário do Confinamento, de Paulo Kellerman (leia na íntegra)

Confinamentos

#1 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#2 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#3 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#4 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#5 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#6 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#7 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#8 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#9 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#10 by ©Teresa dos Santos

Confinamentos

#11 by ©Teresa dos Santos

José Luís Jorge

FATIMA DEPOUILLEE

Fátima est un lieu taillé pour la foule, affirmation redondante qui ne surprendra personne. Nous savons tous qu’il en est ainsi, pour l’avoir vécu personnellement ou pour l’avoir vu par écran interposé. Mais voici qu’arrive 2020, une année comme de mémoire nous n’en avions jamais connu, et le lieu taillé pour la foule s’est transformé en un immense désert (le silence et la quiétude habitent le lieu, en cohérence d’une certaine façon avec son esprit, sa religiosité).

Je me suis rendu à quatre reprises au sanctuaire au mois d’avril 2020, animé par la curiosité, et j’y ai trouvé une Fátima dépouillée de ses pèlerins et de ses touristes. Qui a déjà observé un million de personnes entassées là – expérience puissante – et se confronte ensuite à ce même espace vide ne peut pas ne pas ressentir un fort trouble. C’est ce qui m’est arrivé. C’est cette Fátima si insolite, si éloignée de l’archétype, que je me suis efforcé d’enregistrer en images.

(Traduction de Sébastien Rozeaux)

Carla de Sousa

Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

The Quarantine

The Quarantine

© Frankie Boy

Goretti Pereira

Ces photographies analogiques en noir et blanc sur des thèmes abstraits reflètent mon expérience de l'isolement en 2020, alors que je me sentais physiquement et émotionnellement piégée. En tant que photographe, j'ai été contrainte d'explorer mon environnement le plus immédiat, et d’apprécier de façon inédite les petites choses banales. Cela a changé mon point de vue sur le monde, sur lequel je porte un regard plus abstrait. 

(Traduction de Sebastien Rozeaux)